FOSSACESIA, L’AMOUR AU PREMIER REGARD

FOSSACESIA, L’AMOUR AU PREMIER REGARD

Depuis les États-Unis, Maria Pia choisit de vivre à Fossacesia. Dans cet article, elle partage avec nous les choses qui lui ont fait aimer autant cette petite ville côtière.

Il existe un lieu, dans les Abruzzes, qui a changé ma vie depuis le premier moment que je l’ai visité, il y a plus de cinquante ans. Depuis ce jour, il est né en moi le désir de vivre à Fossacesia, le lieu où j’ai passé quatre étés en douze ans de ma jeunesse ; des étés qui m’ont révélé le destin d’une vie entière dans ce coin de paradis.
Voilà pourquoi, pour moi, c’est un plaisir de vous raconter certaines des choses qui me charment le plus de mon village.

Suspendue entre ciel et mer

Fossacesia est une petite ville d’un peu plus de 7.000 habitants située dans la province de Chieti, sur le sommet d’une colline qui contemple la Vallée du fleuve Sangro et la mer Adriatique. Fossacesia Marina, la fraction importante de cette ville qui fait partie de la très connue Costa dei Trabocchi*,  se trouve sur le Golfe de Vénus,  juste  au Nord de l’embouchure du fleuve Sangro. Début juin, Fossacesia Marina a obtenu le Pavillon Bleu 2019 pour la 18e année consécutive. Nous pouvons donc facilement constater qu’il ne s’agit plus d’un village de pêcheurs où passer ses vacances de détente : Fossacesia Marina est en train de devenir presque un village touristique, avec ses cinq kilomètres de côtes, un nombre croissant de stations balnéaires et de boîtes à la mode, des restaurants, des infrastructures pour faire du sport et bien sûr les Trabocchi, ces machines pour la pêche transformées en restaurants, sur lesquels nous pouvons goûter à toutes les spécialités de mer, suspendus entre ciel et mer.

La « Voie Verte » cyclable

Le moteur pour le tourisme est la nouvelle piste cyclable, bâtie sur l’ex-chemin de fer, qui sera inaugurée dans la Province de Chieti l’été prochain. Il y a quelques années, les gares de Fossacesia, San Vito et Torino di Sangro ont été déplacées vers l’arrière-pays pour permettre l’agrandissement des voies, nécessaire pour satisfaire les exigences du système ferroviaire de la région. La décision attrista un nombre considérable de voyageurs, qui ne purent plus jouir du paysage marin, mais a aussi ouvert des nouvelles voies au tourisme, grâce au projet de la piste cyclable nommée « Via Verde ». Une fois terminée, cette piste sera comptée parmi les plus longues d’Europe.

Abbaye de San Giovanni in Venere

Un autre lieu important sur la côte de Fossacesia est l’Abbaye de San Giovanni in Venere, un monastère datant du XIe siècle qui plonge sur la Marina, sur le Golfe de Vénus et sur la vallée du fleuve Sangro.

L’abbaye  s’élève sur un promontoire dominant sur la mer et est parfaitement visible de la plage, spécialement pendant la nuit, quand elle ressemble à un joyau suspendu dans le ciel.

Cette structure monumentale a été bâtie sur les ruines d’un temple romain dédié à Vénus de la Conciliation, une Vénus dans son rôle moins connu de médiatrice de l’harmonie familiale. Ce temple romain était une destination de pèlerinages pour les familles brisées qui priaient pour retrouver l’harmonie, pour les jeunes fiancés ou encore pour les femmes qui, en buvant l’eau de la source, cherchaient une aide à leur fertilité.

Quand, plusieurs centaines d’années plus tard, le monastère cistercien fût bâti, certaines de ces traditions furent gardées et adaptées à la lumière de la chrétienté : jusqu’à il y a quelques années, le 23 juin, veille de la fête de Saint Jean-Baptiste, beaucoup de jeunes couples des alentours se fiançaient  dans l’Abbaye, en présence de leur témoins qui promettaient de veiller sur la sérénité du nouveau couple. Ce lieu sacré a aussi été un arrêt sur le long chemin des pèlerins et les combattants des Croisades vers la Terre Sainte. Les légendes qui entourent l’Abbaye de San Giovanni in Venere disent que le Saint Graal aurait pu être gardé ici.

L’abbaye est aussi constituée d’un jardin-cloître bien entretenu, entouré d’arcades ouvertes sur le côté Nord avec une série de fenêtres. De ce même côté sont visibles les bases des colonnes monumentales, ruines qui nous confirment la position du temple ancien. À l’intérieur, l’architecture romane de l’église est très simple, presque nue. Dans la crypte en dessous de l’autel, par contre, nous pouvons admirer des fresques représentants Jésus, Saint Jean, la Vierge et d’autres saints, en plus de quelques colonnes d’époque romaine. La façade est décorée avec des sculptures qui racontent la vie de Saint Jean-Baptiste, alors que l’abside, orienté Sud-Est, veille sur la mer et sur la plaine fertile de la Val di Sangro.

De l’autre côté de la vallée, trône la majestueuse Majella, séparée de l’abbaye d’un paysage à couper le souffle, peint en milliers de couleurs : du vert émeraude des vignobles au vert argenté des oliviers, du marron presque rouge des champs labourés au jaune doré du blé ondoyant dans le vent.

Une palette de couleurs naturelles

Un belvédère situé sur la falaise orientée nord-est nous dévoile le Golfe de Vénus en sa totalité, avec ses nuances de bleu, de l’azur au turquoise, changeant selon la couleur du ciel. En l’absence de vent, l’eau est si plate et transparente qu’elle ressemble à une piscine céruléenne.

Mais le moment le plus propice pour profiter du belvédère est au crépuscule, quand la couleur du ciel passe du rose au violet, les pêcheurs mettent le cap sur la rive et le jour s’éteint doucement au son des douces vagues qui caressent la plage.

Pour terminer, une des attractions les plus belles de Fossacesia est le Viale di San Giovanni : un kilomètre et demi de rue arborée avec cyprès et pins maritimes qui relie le centre-ville de l’abbaye. Ce Viale est aussi connu avec le nom de boulevard des amoureux (mon expérience peut le confirmer), même si, dans les dernières années, les racines des arbres qui sont en train d’abîmer la chaussée routière gênent les habitants. Nous espérons que le problème soit résolu au plus vite. Entre temps, cyclistes, joggeurs et… amoureux…je vous ai prévenus !

Sans doute, nous pouvons dire que Fossacesia est un de ces lieux dont vous pouvez tomber tellement amoureux que vous aurez le désir d’y revenir. Et puis, on ne sait jamais : le destin pourrait vous jouer un tour comme il l’a fait avec moi.

Fossacesia est aussi le point de départ et d’arrivée de la course vers Monte Amaro d’Alex Tucci. À ce propos, vous pouvez trouver d’autres informations ici : MareAmaro

*portion de côte adriatique comprise entre les régions des Abruzzes et du Molise caractérisée par la présence de constructions en bois plongeantes sur la mer et utilisées pour la pêche. Aujourd’hui, beaucoup de ces habitations ont été reconverties en restaurants. 

Maria Pia De Simone
Fossacesia, Juin 2019
Photos ©Maria Pia De Simone
Photo de couverture ©Venusia
Traduction de Francesca

Maria Pia De Simone

Italo-américaine et à nouveau italienne, il y a 37 ans j’épousais mon premier amour : le garçon de la porte d’à côté… de mes grands-parents maternels à Fossacesia. Je suis venue en Italie pour la première fois à l’âge de huit ans, puis à treize, à quinze et à vingt ans. Lors des trois dernières visites, l’amour a éclos, mais l’idée de venir vivre en Italie n’était encore qu’un rêve vague et romantique. Après, c’est le « destin » qui nous a donné un coup de main, et l’invraisemblable est devenu réalité. J’ai déménagé en Italie en 1982, un an après mon diplôme en langues étrangères et sans regarder en arrière. Pendant douze ans, j’ai travaillé comme enseignante d’anglais et rédacteur de langue des articles scientifiques des chercheurs de l’Institut de recherche Mario Negri Sud. Par la suite, j’ai débarqué dans une entreprise locale qui bâtit des installations pour la production de batteries automobiles. Pour eux, je soigne la communication et la négociation avec les clients. Je vis à Fossacesia avec mon mari Giovanni et nos deux enfants, Massimiliano et Lorenzo.
Proverbe : La pecura manzuete magne alla ciotola sé e a quelle dell’eddre (le mouton tranquille mange dans son bol et dans celui des autres).
Plat: Li Bummalitt (petites escargots de mer à la sauce tomate).
Lieu: Le Viale di San Giovanni, lieu où moi et mon mari nous nous sommes embrassés pour la première fois et l’Abbaye de San Giovanni in Venere, lieu de notre mariage.

Fermer le menu